19 mai 2017

Inégalités, salaires, impact de la révolution numérique, activité des femmes, insertion des migrants : quel avenir pour le travail ? Telle était cette semaine la question centrale des travaux de préparation du sommet du G20 de Hambourg. À un peu moins de deux mois de l’échéance, le Labour 20 (L20), groupement des syndicats des vingt premières économies mondiales, a remis mercredi à Berlin ses recommandations à Angela Merkel, présidente du sommet. En fin de semaine, c’était au tour des ministres du Travail du G20 de formuler les leurs, lors d’une rencontre à Bad Neuenahr-Ahrweiler (Rhénanie-Palatinat).

 

Mieux répartir la prospérité dans le monde

La chancelière Angela Merkel au forum L20 : l’extension des chaînes de production et de distribution à l’échelle mondiale crée des responsabilités nouvelles en matière de normes sociales, environnementales et de travail © Gouvernement fédéral/ Steins
(© Gouvernement fédéral/ Steins)
La chancelière a écouté l’analyse des syndicats et pris le temps d’échanger avec eux. À travers le forum du L20, ce sont « des milliards de salariés dans le monde qui siègent indirectement à la table du G20 », a-t-elle souligné.

La discussion a porté sur les moyens de façonner une mondialisation plus équitable et sur l’avenir du travail, deux thèmes mis en avant par le L20 dans ses recommandations.

Plutôt que d’ériger des barrières, a plaidé Angela Merkel, il faut rechercher de solutions équitables, dans l’intérêt des salariés.

La chancelière a défendu l’idée d’un meilleur encadrement des chaînes de production et de distribution, qui s’étendent aujourd’hui à l’échelle mondiale.

Le G20 se penche sur l‘évolution du travail © dpa
(© dpa)
450 millions d’emplois dans le monde s’y insèrent ou en dépendent, a-t-elle argué. Un encadrement est nécessaire pour promouvoir des conditions de travail décentes. Les multinationales ont donc la responsabilité de s’assurer que les normes sociales, environnementales et de travail sont respectées partout.

La chancelière a, par ailleurs, réaffirmé sa confiance dans l’ouverture des marchés, seule à même d’assurer la prospérité de tous. « C’est des individus qu’il s’agit, pas de maximiser les profits financiers », a-t-elle dit. « Entraver ou briser les chaînes de valeur, miser sur le cloisonnement et le protectionnisme, c’est nuire à tous ». Et particulièrement aux PME, qui ont besoin de marchés ouverts pour pouvoir prendre pied à l’étrange.

Le G20, qui associe économies industrialisées et pays émergents, s’engage depuis toujours en faveur d’une croissance forte et équilibrée, mais aussi durable et inclusive, a-t-elle également rappelé.


Quel avenir pour les marchés du travail ?

Un autre défi abordé était le numérique. Quelles normes sociales et de travail pour les formes d’emplois chamboulées par la révolution en cours ?

À moins de deux mois du sommet du G20, les ministres du Travail des 20 premières économies mondiales se sont réunis cette semaine en Allemagne © dpa
(© dpa)
Selon la chancelière, de nouvelles règles sont nécessaires, par exemple en matière de protection sociale et de formation, pour préserver des emplois décents. Il faut également combler la fracture numérique qui persiste entre les hommes et les femmes, c’est-à-dire renforcer les compétences numériques des femmes.

Ce sujet était également au menu de la rencontre des ministres du Travail. Durant deux jours, ceux-ci se sont interrogés sur la manière d’envisager les marchés du travail de demain. Leurs priorités : l’avenir du travail, la durabilité des chaînes de valeur internationales, mais aussi le renforcement de l’activité des femmes et l’insertion des migrants afin de mettre tous les potentiels au service de l’économie et de la société.

À travers les recommandations qu’ils ont transmises aux chefs d’État et de gouvernement du G20, ils entendent rendre les marchés du travail viables, plus productifs et plus équitables dans le cadre d’une croissance durable et inclusive.

A.L.

 

Plus d’informations :

Office de presse et d'information du gouvernement allemand - Congrès L20 (en allemand)

Office de presse et d'information du gouvernement allemand - Rencontre des ministres du Travail du G20 (en allemand)

Présidence allemande du G20 (en allemand et anglais)

L'agenda du G20 en matière d'emploi (en allemand et anglais)

© CIDAL

Présidence allemande du G20
Vous êtes en train de quitter la version optimisée pour les appareils mobiles