16 juin 2017

Il y a les stressés et ceux qui y vont les mains dans les poches. Mais en Allemagne, tous les lycéens se réjouissent de passer le bac. Car l’Abitur, le bac allemand, n’est pas seulement un examen. C’est aussi une expérience collective, la dernière que l’on vit avec l’ensemble de la classe. Rien n’est laissé au hasard pour en garder le plus de souvenirs possible avant que les chemins se séparent.

 

Trouver LA robe

Le « bal du bac » (Abiball),un rituel immuable et pris de plus en plus au sérieux par les jeunes bacheliers © picture alliance/dpa
(© picture alliance/dpa)
Les préparatifs commencent souvent dès Noël. Les boutiques spécialisées commencent à voir défiler les bachelières. Les grands magasins aménagent des rayons spécifiques. Toutes sont en quête d’un sésame : une robe de bal. Ou plutôt : LA robe de bal. Celle qui les rendra inoubliables le jour où leurs douze ou treize années de scolarité atteindront leur apogée : lors du « bal du bac ».

Il n’est pas rare que les parents prennent un jour de congé pour procéder à ce périlleux achat. Car le « bal du bac » (Abiball) est une affaire on ne peut plus sérieuse.

Et on ne peut plus coûteuse. Selon la presse allemande, une robe simple coûte 200 euros. Mais beaucoup de lycéennes n’hésitent pas à dépenser 300 à 400 euros pour le précieux morceau d’étoffe – quand ce n’est pas beaucoup plus. L’élégance n’a pas de prix. Et une véritable mode s’est créée autour du bal du bac. La tendance – à l’américaine – est aux robes longues, très colorées et couvertes de paillettes.

Chacun soigne son style. Mais les choses ne s’arrêtent pas là. Les élèves se chargent aussi entièrement de l’organisation et du financement de la fête. Or, l’événement, solennel, doit réunir bacheliers, parents, professeurs, directeur de l’établissement et camarades.

Et plus les années passent, plus les exigences augmentent. Désormais, il ne suffit plus de réserver la salle et le buffet. Il faut un DJ, un photographe professionnel, des animations. Autant dire que cela fait l’affaire des agences spécialisées, qui poussent comme des champignons. On en compterait une cinquantaine, surtout dans les grandes villes. Une classe sur deux ferait appel à leurs services.

 

Fin de la scolarité

Avant le bal, il y aura toutefois des épreuves à passer. Il n’y pas en Allemagne de bac national, mais un bac par land, avec un programme spécifique (même si la tendance est à la centralisation des exigences). Les lycéens ne passent, en outre, que quelques épreuves, dans leur lycée. Le reste fait l’objet d’un contrôle continu. Ils ont deux semaines de vacances pour réviser.


Le dernier jour d’école avant les révisions – voire la dernière semaine – sont l’occasion de toutes sortes d’animations, blagues de potache et déguisements © picture alliance/dpa
(© picture alliance/dpa)
Et avant cela, ils feront encore … la fête. Le dernier jour d’école (Letzter Schultag) est dignement célébré. Spectacle dans la cour du lycée, jeux, animations, concert, goûter, boissons et surtout farces en tous genres : les candidats au bac s’amusent… Et surtout, ils distraient tout l’établissement ! Des profs aux élèves des autres classes, l’humour potache est de mise. De nombreux sites Internet leur proposent d’ailleurs des idées pour être les rois de la fête.

Par ailleurs, depuis quelques années, le « dernier jour d’école » s’est allongé. Et il s’est transformé en « semaine à thème ». Chaque classe choisit un thème pour chaque journée, et ses membres doivent venir en classe déguisé en conséquence. C’est presque le carnaval !

 

Du journal aux vacances

Le « voyage du bac » : dernière occasion de se retrouver ensemble, il permet aux bacheliers de partir en vacances ensemble, souvent vers une destination européenne © picture alliance/dpa
(© picture alliance/dpa)
Un autre grand classique est la création d’un « Journal du bac » (Abizeitung). Réalisé par les élèves eux-mêmes, il contient un bref portrait de tous les lycéens passant le bac cette année-là, ainsi que des photos et des « interviews » des différents professeurs qui ont accompagné la scolarité de la promotion. Un journal qu’on conservera ensuite toute sa vie en souvenir de son lycée, de ses camarades et… du bac.

Enfin, une fois les épreuves passées et les candidats admis, beaucoup partiront en vacances ensemble. C’est le « voyage du bac » (Abifahrt), censé graver une dernière fois dans les mémoires des expériences communes. La destination est souvent européenne.

Une chose est sûre : ensuite, chacun suivra son chemin. Les possibilités sont multiples : apprentissage, année sabbatique pour découvrir le monde ou entrée à l’université.

A.L.

© CIDAL

Nouvelles d'Allemagne
Vous êtes en train de quitter la version optimisée pour les appareils mobiles