15 juin 2017

Au printemps 2007, les États européens adoptaient – sous la présidence allemande de l’UE – la Charte de Leipzig sur la ville européenne durable. Une Charte que Berlin allait décliner dans la foulée en lançant une nouvelle Politique nationale pour le développement urbain. Quel bilan dix ans plus tard ? Et quels défis pour l’avenir ? C’était le thème d’un congrès organisé cette semaine à Hambourg.

 

La Charte de Leipzig sur la ville européenne a dix ans

Barbara Hendricks, ministre allemande de l’Environnement, à Berlin © dpa
(© dpa)
Force est de le constater : en dix ans, le monde a bien changé. Et la ville aussi. En Allemagne comme en Europe, les activités et les populations se concentrent de plus en plus dans les métropoles. Cela génère des défis en chaîne : il faut construire des logements en nombre suffisant, développer les infrastructures (écoles, transports, centres commerciaux). Des défis auxquels s’ajoutent les difficultés liées au réchauffement climatique, mais aussi les nouvelles possibilités offertes par le numérique.

Comment, dans ces conditions, assurer la satisfaction des habitants des villes demain ? Améliorer leur qualité de vie ? Protéger l’environnement ? Renforcer la cohésion sociale dans les quartiers ? Et accroître l’attractivité des zones rurales ou démunies afin d’éviter leur « décrochage » à la périphérie des métropoles ?

 

L’ambition d’un développement urbain intégré

Cycliste circulant dans le Tiergarten, à Berlin © dpa
(© dpa)
Pour les acteurs – locaux, régionaux et nationaux – présents à Hambourg, la politique de développement urbain intégré lancée il y a dix ans n’a rien perdu de sa pertinence. Au contraire. Cette initiative commune de l’État fédéral, des länder et des communes proposait, en effet, une approche moderne : il s’agissait d’aborder de manière transversale les défis économiques, écologiques et sociaux auxquels sont confrontées les villes.

 

Nouveaux outils

La protection de l’environnement est devenue l’un des enjeux majeurs pour les métropoles européennes au XXIe siècle © picture alliance/ZB
(© picture alliance/ZB)
Les responsables allemands entendent donc poursuivre dans cette voie. Et ils ont désormais à leur disposition de nouveaux outils, comme le numérique. Celui-ci permet d’offrir au citoyen plus de transparence et de participation, aux entreprises plus de sécurité et aux actifs des emplois locaux. Sans compter son apport en matière de protection de l’environnement et du climat.

L’État fédéral, les länder et les communes veulent également donner davantage de marges de manœuvre aux urbanistes pour accroître l’attractivité des communes menacées par l’exode vers les métropoles. L’État a, par exemple, dépensé 3,4 milliards d’euros pour soutenir des programmes de développement urbain durable au cours des quatre dernières années, a souligné la ministre allemande de l’Environnement, Barbara Hendricks.

 

La ville européenne à l’horizon 2020

Enfin, Berlin entend continuer à raisonner à l’échelle européenne. Selon Mme Hendricks, l’Allemagne entend étoffer la Charte de Leipzig d’ici à sa prochaine présidence de l’Union européenne (UE), en 2020.

L’idée d’une « ville européenne », inscrite dans la Charte de Leipzig, s’oppose explicitement à l’idée d’une cité uniforme et monotone. Il s’agit de promouvoir un modèle de ville axé sur la participation et l’autonomie des citoyens, sur l’intégration sociale, sur l’utilisation de l’espace public et sur la polyvalence des centres-villes. Le contraire du cloisonnement, de l’isolement et de la défense égoïste des intérêts particuliers.

A.L.

 

Plus d’informations :

Site web consacré à la Politique nationale du gouvernement allemand pour le développement urbain (en allemand)

La Charte de Leipzig (en français)

La Charte de Leipzig (explications en allemand)

Ministère fédéral de l'Environnement (en allemand)

Discours de la ministre de l'Environnement, Barbara Hendricks (en allemand) Office de presse et d'information du gouvernement fédéral (en allemand)

© CIDAL

Nouvelles d'Allemagne
Vous êtes en train de quitter la version optimisée pour les appareils mobiles