L’avenir de l’Afrique est l’une des grandes priorités de l’Allemagne dans le cadre du G20. La chancelière Angela Merkel, qui préside le groupe des vingt jusqu’au 1er décembre 2017, entend œuvrer pour une « mondialisation qui profite à tous », en favorisant entre autres un progrès économique durable sur le continent africain.

« Nous allons inscrire les questions qui vous mobilisent en Afrique parmi les priorités de l’agenda du G20, et nous allons lancer une grande initiative en faveur de l’Afrique », avait déclaré Angela Merkel à des représentants de l’Union africaine lors d’un voyage de trois jours sur le continent, en octobre 2016.

 

Investissement direct, infrastructures

L’Allemagne mise sur des mesures concrètes pour améliorer durablement la vie des Africains. Elle souhaite notamment promouvoir les investissements : « L’Union européenne affiche des investissements directs dix fois supérieurs à ceux de l’Afrique, alors que ce continent est deux fois plus peuplé. Cela montre à quel point il est urgent de réaliser des investissements directs dans les pays africains. L’aide au développement ne saurait suffire », estime Angela Merkel.

Durant sa présidence du G20, l’Allemagne soutiendra donc les efforts déployés par les pays africains et les organisations internationales pour améliorer l’environnement économique et développer les infrastructures sur le continent, par exemple dans le domaine des transports, des télécommunications et de l’énergie.

Une conférence spécialement consacrée au « partenariat avec l’Afrique » se tiendra à Berlin au mois de juin. Lors du sommet des chefs d’État et de gouvernement du G20, les 7 et 8 juillet à Hambourg, le continent sera représenté par l’Afrique du Sud. La présidence de l’Union africaine et le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) participeront également aux échanges.

MF


  • « Plan Marshall avec l’Afrique »

    À l’échelon européen, l’Allemagne propose un « Plan Marshall » pour favoriser l’établissement d’une paix et d’un développement durables en Afrique. Un plan non pas « pour » l’Afrique, mais à mettre en œuvre « avec » elle, a souligné en janvier Gerd Müller, ministre allemand de la Coopération économique et du Développement.

    Ce plan viserait à établir un commerce équitable entre l’Europe et l’Afrique, à stimuler les investissements privés sur le continent, à favoriser une croissance économique partagée, à offrir un climat favorable aux entreprises et, surtout, à créer des emplois pour la jeunesse africaine.

    Quant à l’aide au développement classique, elle serait redéfinie dans le sens d’un « partenariat pour la réforme ». En effet, l’autre grande priorité de ce « Plan Marshall » consiste à soutenir la responsabilité des Africains pour leur propre développement. L’Allemagne entend donc épauler l’Union africaine dans la mise en œuvre de son « Agenda 2063 », en insistant sur la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption, l’éducation et l’égalité des chances.

Nouvelles d'Allemagne - Présidence du G20

Accéder au dossier

Vous êtes en train de quitter la version optimisée pour les appareils mobiles